LE DOPAGE.

Que peut faire la science ?

 

Le dopage prend des aspects divers et nÕest pas rŽservŽ au domaine sportif.

Le dopage des cadres est un exemple prŽoccupant. La prise dÕamphŽtamine est prŽsente dans les romans policiers amŽricains depuis bien longtemps. La lutte contre le sommeil est prŽsente dans bien des mŽtiers.

AmŽlioration des performances sportives

Comment dŽfinir le dopage ?

 

La particularitŽ du dopage sportif est quÕil est assimilŽ ˆ une tricherie, voire un dŽlit au niveau lŽgislatif.

 

Sur le plan sportif la science peut aider ˆ amŽliorer la performance sportive. Sur le plan lŽgal un certain nombre de produits sont interdits, cÕest donc lÕautorisation ou non dÕun produit qui crŽe le dopage et non le produit.

Pour les tireurs, les bta-bloquants sont interdits alors que les psychotropes qui calment et diminuent les tremblements sont autorisŽs.

La limite entre dopage et non dopage est ambigu‘. Utiliser un sophrologue est-il du dopage ? Pour le mouvement sportif en 2000, la rŽponse est non. Un sŽjour en altitude nÕest pas du dopage EX. un cycliste amŽricain de vitesse est restŽ deux mois en altitude peu avant les Jeux.

Dans les sports professionnels amŽricains, le dopage nÕexiste pas puisque les Ligues sont indŽpendantes et quÕelles nÕinterdisent aucun produit, ni aucune pratique.

 

Comment amŽliorer la performance dÕun sportif ? Il existe diffŽrentes manires :

 

n     amŽliorer ses performances physiques directement

n     amŽliorer ses capacitŽs de rŽcupŽration

n     amŽliorer ses capacitŽs de rŽsistance ˆ la douleur

n     diminuer son stress

n     tenir son poids

 

La science intervient  ˆ deux niveaux principaux : amŽlioration des performances du sportif ainsi que dŽtection de la fraude.

Classes des substances dopantes (1994)

 

AmphŽtamines et autres existants (prs de 120 molŽcules)

dont cafŽine, coca•ne, ŽphŽdrine

StupŽfiants antidouleurs et autres antidouleurs (prs de 120 molŽcules)

dont morphine, opium,

Cortisone et autres cortico•des par voie gŽnŽrale (prs de 70 molŽcules)

dont cortisone,

TestostŽrone et autres anabolisants ( prs de 50 molŽcules)

dont nandrolone, testostŽrone

Hormones peptidiques (8)

corticotropine (A.C.T.H)                                        Erythropo•Žtine (EPO)                           Gonareline

Gonadotropine chorionique                   H.C.G.                                                         MŽnotropine

Somatotropine ( H.G.H.)                                        TŽtracostactide

DiurŽtiques et produits masquants (prs de 80 molŽcules)

 

Btabloquants (prs de 40 molŽcules)

 

AnesthŽsiques locaux (prs de 60 molŽcules)

 

Certaines substances ou classes de substances sont autorisŽes dans le cas d'une justification thŽrapeutique ( cas des asthmatiques  10% des mŽdaillŽs aux J.O. de Barcelone)

 

Certaines substances sont classŽes comme stupŽfiants (cannabis, codŽine..)

 

Pour la cafŽine l'analyse d'un Žchantillon urinaire sera considŽrŽ comme positive si la concentration en cafŽine dans l'urine dŽpasse les 12 µgrammes par mL.

 

Comment concevoir les produits dopants ?

 

Il existe plusieurs voies plus ou moins scientifiques.

 

n     utilisation de produits vŽtŽrinaires de faon totalement empirique

autrefois course de chevaux, aujourdÕhui Žlevage intensif ; on retrouve ces produits ˆ tout niveaux. La production ne correspond pas toujours aux besoins

 

n     partir de molŽcules naturelles et en augmenter la prise :

le but est donc de partir dÕun phŽnomne naturel mais de lÕamplifier pour le profit du sportif : cas des stŽro•des, nouvelle idŽe de la crŽatine, EPO.....

 

n     partir de molŽcules naturelles et trouver une molŽcule substitut :

trouver une molŽcule plus efficace, trouver une molŽcule non dŽtectable, trouver une molŽcule moins toxique, ce processus est souvent devenu indispensable pour perpŽtuer un type de dopage. CÕest le cas des stŽro•des anabolisants et des produits de substitution de lÕEPO.

 

n     partir de molŽcules naturelles et trouver un substitut (non molŽculaire) :

trouver un phŽnomne Ç non reconnu comme dopant È qui fournit les mmes rŽsultats ; jouer sur la grossesse, effectuer des sŽjours en altitude, crŽer des caissons en hypoxie

 

n     Žtudier scientifiquement un phŽnomne naturel de faon ˆ trouver les molŽcules intŽressantes :

ne pas sÕattacher quÕaux molŽcules mais aussi effectuer une Žtude globale dÕun phŽnomne comme la rŽcupŽration. Certains aspects sont non dopants comme les Žtirements, un exercice physique doux (type footing) pour Žliminer les toxines, une prise de boisson abondante. DÕautres aspects peuvent tre plus chimiques comme la prise dÕhormones stŽro•des, les cortico•des

 

n     profiter du dŽveloppement de molŽcules thŽrapeutiques :

adapter aux sportifs des Žtudes thŽrapeutiques rŽcentes ou anciennes. CÕest le cas pour les sports de prŽcision o lÕutilisation des bta-bloquants Žtaient courantes. De nouveaux produits apparaissent depuis. La production dÕhormone de croissance humaine favorise son utilisation comme produit dopant.

 

n     profiter dÕun phŽnomne naturel :

la grossesse a ŽtŽ utilisŽe pour justifier des taux dÕhormones importants ? Il existe de nombreux asthmatiques chez les sportifs

 

n     jouer sur les caractŽristiques de chaque sexe

transformer une femme en homme (utilisation des hormones m‰les dans les pays de lÕEst), tricher sur le sexe

 

 

Le dopage peut donc tre parfaitement artisanal ou extrmement scientifique. Il y a dÕune certaine manire le dopage du riche et du pauvre. Le dopage augmente lՎcart entre les pays riches et les pays pauvres. De ce fait les pays riches nÕont pas toujours intŽrt ˆ voir le dopage dispara”tre. Ce phŽnomne est trs Žvident aux Etats Unis.


1.Augmentation de la capacitŽ de transport de l'oxygne

 

IntŽrt : tout sport faisant intervenir des efforts musculaires de type aŽrobie. On retrouve, les courses de longues distances, le cyclisme, le triathlon, le ski de fond.....

Un exercice de longue durŽe est en relation directe avec l'aptitude maximale ˆ consommer de l'oxygne (VO2 max), cÕest ˆ dire la capacitŽ du sportif ˆ utiliser lÕoxygne. LÕutilisation dÕoxygne sÕeffectue sans production dÕacide lactique qui est une molŽcule qui Ç fatigue È le sportif, est responsable de crampes, de tŽtanisation.. Le dŽbit d'oxygne mis ˆ la disposition des tissus dŽpend ˆ la fois des valeurs maximales du dŽbit cardiaque et de la diffŽrence artŽrioveineuse des gaz du sang. Or la VO2 max diminue quand la concentration de l'oxygne artŽriel (CA02) est rŽduite par l'hypoxie, par une le blocage d'une partie de l'hŽmoglobine par le monoxyde de carbone, ou par la diminution du volume sanguin. En revanche il augmente aprs autotransfusion sanguine ou quand la pression de l'oxygne diminue. Ainsi l'amŽlioration de la performance aŽrobie procde d'un double effet, ˆ la fois sur le systme de transport de l'oxygne et sur le potentiel oxydatif cellulaire. CÕest le premier aspect qui est le plus souvent exploitŽ dans les cas de dopage.

 

SŽjour en altitude : la polyglobulie d'altitude est la consŽquence d'une hyperactivitŽ Žrythropo•Žtique avec comme rŽsultat une hyperplasie des ŽlŽments de l'Žrythropo•se dans la moelle osseuse et une augmentation pendant un mois, et associŽe ˆ une supplŽmentation en fer et en vitamine E. Le traitement induit une augmentation du nombre de rŽticulocytes dans le sang pŽriphŽrique. L'hypoxie d'altitude permet la libŽration de l'EPO par le rein, ce qui stimule la production des globules rouges. Dans les trois premires heures suivant l'arrivŽe en haute altitude, la concentration plasmatique de l'EPO augmente pour atteindre un pic dans les 24, 48 heures. Cette adaptation est bŽnŽfique dans les conditions de repos et au cours d'exercices peu intensifs mais en revanche elle rŽduit la capacitŽ d'endurance au cours d'exercices d'intensitŽ maximale.

 

SŽjour en caisson simulant le sŽjour en altitude : cette pratique s'est gŽnŽralisŽe dans des sports comme le ski de fond. Le ministre franais de la Jeunesse et des Sports a fortement dŽconseillŽ en 2000 aux skieurs franais de lÕutiliser.

 

Entra”nement en altitude : Ce type d'entra”nement conduit ˆ une hypoxie tissulaire. Il en suit une augmentation du taux d'hŽmoglobine et la polycythŽmie induite amŽliore le potentiel oxydatif cellulaire aprs le retour au niveau de la mer. On amŽliore lÕefficacitŽ dÕutilisation de lÕoxygne.

 

Dopage sanguin : Ce type de dopage consiste ˆ augmenter le volume Žrythrocytaire total du sujet. Il peut s'agir d'une autotransfusion ou d'un donneur de mme groupe. On a montrŽ qu'un prŽlvement de 800 ˆ 1 200 mL sur un sujet avec une rŽinjection 1 mois aprs provoquent une amŽlioration significative de la VO2 max accompagnŽe d'une amŽlioration de 23% des qualitŽs de course ˆ pied. Il y aurait augmentation du taux d'hŽmoglobine sans modification du dŽbit cardiaque. Les risques infectieux et allergique ont limitŽ ce type de dopage.

 

Dopage ˆ l'EPO : c'est en 1991 que des chercheurs ont montrŽ de faon indiscutable les effets de la r-HuEPO sur la

VO2 max dans un groupe d'une quinzaine d'Žtudiants. Les premiers essais ont consistŽ en un traitement sur six semaines avec 3 injections sous-cutanŽs par semaine. Le taux d'hŽmoglobine et l'hŽmatocrite ont augmentŽ de 10% ; La V02 max s'Žlevait de 7%. L'augmentation de V02 max  dispara”t deux semaines aprs l'arrt de traitement.

Les effets secondaires de la r-HuEPO peuvent s'avŽrer dramatiques. Plusieurs dŽcs de cyclistes professionnels ont ŽtŽ attribuŽs ˆ ce type de dopage aux Pays Bas. En cas de Ç crise È seul un effort musculaire peut sauver le sportif.

Lors des premiers suivis longitudinaux des cyclistes franais, on a remarquŽ des taux de fer trs ŽlevŽs chez la majoritŽ des cyclistes. Rappelons que la prise dÕEPO doit tre complŽtŽe dÕune prise de fer.

 

Nouveaux produits :

                  L'EPO-PEG : forme retard de l'EPO (1 injection par mois)

                  L'hŽmoglobine rŽticulŽe : ce type d'hŽmoglobine peut transporter plus d'oxygne (=> pas de modification de l'hŽmatocrite). Il s'agit d'hŽmoglobine extraite de globules rouges puis traitŽe par glycosylation.. Elle est prte ˆ l'emploi sous forme injectable (congelŽe). Elle n'est pas utilisŽe mŽdicalement du fait d'effets secondaires (trouble du rythme cardiaque et thromboses), ce qui n'empche pas des sportifs de l'utiliser depuis 1996 semble-t-il. Elle est indŽcelable dans les urines et est prŽsente dans le plasma.

                  Les peptides mimŽtiques de l'EPO : ne contient qu'une partie des 165 acides aminŽs de l'EPO (prise orale)

                  Les facteurs de croissance : facteur de croissance vasculaire afin de dŽvelopper la capillarisation des tissus.

                  Les libŽrateurs d'oxygne :molŽcules qui agiraient ˆ l'intŽrieur du globule rouge et faciliterait la libŽration de l'oxygne

                  Le PFC :molŽcule synthŽtique difficilement dŽtectable, elle augmente la solubilitŽ de lÕoxygne dans le plasma, il sÕagit de produits expŽrimentaux que des sportifs ont rŽussi ˆ se procurer ; les effets latŽraux sont sŽvres sur le foie et les nerfs.

2.Stimulants


Les substances interdites appartenant ˆ la classe (A) comprennent les exemples suivants : amineptine, amiphŽnazole, amphŽtamines, bromantan, cafŽine, coca•ne, ŽphŽdrine, fencamfamine, mŽsocarbe, pentŽtrazol, pipradol, salbutamol, salmŽtŽrol, terbutaline et substances apparentŽes.

Les amphŽtamines ont une fonction psychostimulante, augmentation de la vigilence, du dŽsir de vaincre, diminution de la fatigue

La coca•ne est un stimulant qui peut tre utilisŽ pour augmenter la stimulation sensorielle. Elle est Žgalement utilisŽe pour les athltes pour retrouver l'effet euphorisant ŽprouvŽ lors des compŽtitions. Elle est aussi utilisŽe pour ses propriŽtŽs anti-douleur ainsi que pour sa capacitŽ de "survolter" le compŽtiteur pendant une trentaine de minutes.
Pour la
cafŽine la dŽfinition d'un rŽsultat positif dŽpend de la concentration de cafŽine dans l'urine. La concentration dans l'urine ne peut dŽpasser 12 microgrammes par millilitre (soit trois tasses). La cafŽine augmente les ressources ŽnergŽtiques par lipolyse musculaire
Salbutamol, salmŽtŽrol, terbutaline sont des substances autorisŽes par inhalation uniquement et devant tre dŽclarŽe par Žcrit ˆ l'autoritŽ mŽdicale compŽtente avant la compŽtition.

L'adrŽnaline stimule le coeur, rŽtrŽcit les petits vaisseaux sanguins, augmente la pression artŽrielle, libre le sucre stockŽ dans le foie. Elle est produite par synthse. Elle est utilisŽe par les haltŽrophiles juste avant l'effort pour augmenter leur force.

NOTE : Toutes les prŽparations des dŽrivŽs de l'imidazole sont acceptables en application locale, par exemple l'oxymŽtazoline. Les vasoconstricteurs (par exemple, l'adrŽnaline) peuvent tre administrŽs avec des agents anesthŽsiques locaux. Les prŽparations locales (par exemple nasales, ophtalmologiques) de phenylŽphrine sont autorisŽes.

 

3.Narcotiques


Les substances interdites appartenant ˆ la classe (B) comprennent les exemples suivants : dextromoramide, diamorphine (hŽro•ne), mŽthadone, morphine, pentazocine, pŽthine, et substances apparentŽes. Ils agissent par diminution de lÕanxiŽtŽ, oubli de la dŽfaite, sublimation de la victoire.

NOTE : La codŽine, le dextromŽthorphan, le dextropropoxyphne, la dihydrocodŽine, le diphŽnoxylate, l'Žthylmorphine, la pholcodine et le propoxyphne sont autorisŽs.

 

4.Agents anabolisants


Que signifie le mot ANABOLISANT :

L'organisme est le sige de rŽactions et de transformations complexes portant sur la matire vivante. Le mŽtabolisme est l'ensemble de ces transformations de l'organisme ˆ partir de ce qu'il absorbe. Sommairement, le mŽtabolisme se dŽcompose en deux types de rŽactions : l'anabolisme qui permet la synthse molŽculaire, c'est ˆ dire l'assimilation et le catabolisme qui entra”ne ensuite la transformation partielle de la matire assimilŽe en dŽchets. L'alimentation est un exemple des processus anaboliques et cataboliques qui se retrouvent dans le cycle vital de crŽation puis destruction des cellules. Dans sa thse portant sur les anabolisants, le docteur Jacques Pelizza, ancien athlte spŽcialisŽ dans le lancer du javelot, a parfaitement dŽfini l'anabolisme comme la "
transformation de matŽriaux nutritifs en tissu vivant" dans l'organisme. Certaines substances ont la particularitŽ de favoriser cette transformation. On leur a donnŽ en consŽquence le nom d'ANABOLISANTS. Ces produits peuvent avoir diffŽrentes origines mais ceux qui sont concernŽs par le dopage sont ˆ base d'hormone naturelle (testostŽrone) ou de synthse (les stŽro•des anabolisants).
On peut trouver sur le marchŽ amŽricain des produits destinŽs ˆ augmenter la production de testostŽrone ou de nandrolone de notre organisme. Ce ne sont pas des anabolisants car ils n'ont pas d'action directe. Leur fonctionnement est basŽ sur des intermŽdiaires du processus hormonal.

L'usage sportif des anabolisants est dŽjˆ relativement ancien, et une fois n'est pas coutume, ce ne sont pas les cyclistes mais les athltes qui sont en premire ligne, ainsi que les pratiquants de disciplines o la force physique est prŽdominante
: l'haltŽrophilie, par exemple. Mais, par dŽrapage du phŽnomne, on a vu leur usage s'Žtendre ˆ de nombreux sports, dont la natation, le culturisme et... le cyclisme ! En poussant ˆ l'extrme le principe actif des anabolisants, on aboutit en effet ˆ augmenter considŽrablement l'assimilation des protŽines, donc le poids du sujet traitŽ, par des maxi-doses. Un effet de rŽtention d'eau joue Žgalement un r™le important dans cette prise de poids. Ce dŽveloppement musculaire possde un double avantage a priori : accro”tre la puissance pure, mais Žgalement augmenter le volume d'entra”nement (ce dernier aspect n'Žtant pas le moindre dans le sport moderne o les meilleurs doivent leur supŽrioritŽ ˆ la capacitŽ d'entra”nement qu'ils peuvent fournir ˆ partir de leur statut social et de leurs caractŽristiques physiologiques). Le premier avantage concerne directement les athltes de lancer (poids, javelot, disque, marteau), les spŽcialistes d'Žpreuves combinŽes (dŽcathlon et heptathlon), les haltŽrophiles. Le second intŽresse beaucoup plus de monde!

 

En 1990 une enqute britannique a rŽvŽlŽ que sur 1 667 jeunes sportifs, 10% des garons et 2,5% des filles avaient utilisŽ des anabolisants. En 1993, on estimait que 1 million dÕamŽricains en avaient pris dans un but sportif.

En 1988 un champion de billard a ŽtŽ contr™le positif ˆ la mŽthyltestostŽrone.

 

                  4.1.StŽro•de Anabolisants Andrognes (SAA)


clostŽbol, dŽhydroŽpiandrostŽrone (DHEA), fluoxymestŽrone, mŽtandiŽnone, mŽtŽnolone, nandrolone, oxandrolone, stanozolol, testostŽrone, et substances apparentŽes.

Ces produits sont dŽrivŽs de l'hormone m‰le testostŽrone ou de versions synthŽtiques de celle-ci. Ils permettent une augmentation du poids du corps, de la masse musculaire et une augmentation de la force. Ils doivent tre accompagnŽs d'un entra”nement appropriŽ et d'un rŽgime alimentaire riche en protŽines. Ces substances augmentent l'agressivitŽ et la confiance en soi. Certains sportifs compltent leur prise  par des anti oestrognes pour Žviter la survenue de gynŽcomastie.

Ces substances Žtaient trs utilisŽes en RDA.

La nandrolone est un produit lancŽ en 1959 et dŽtectable dans les urines depuis 1970.  La nandrolone existe sous forme de collyre voire de spray. Les "vertus" en sont les suivantes :

- ˆ faible dose, elle ne reste que quelques jours dans les urines

- elle aide ˆ mieux supporter les doses de mŽdicaments que doit prendre un sportif en retour de blessure

- meilleure rŽcupŽration ˆ des efforts renouvelŽs

- favorise la confiance en soi, l'agressivitŽ

- fait fondre les graisses. C'est un produit qui est retrouvŽ dans tous les sports.

                  4.2.Bta-2 agoniste


LorsquÕils sont administrŽs de faon systŽmatique, les bta-2 agoniste peuvent avoir de puissants effets anabolisants. ClenbutŽrol, fŽnotŽrol, salbutamol, salmŽtŽrol, terbutaline et substances apparentŽes. Sont trs frŽquents depuis 1990.

 

5.DiurŽtiques

Les substances interdites appartenant ˆ la classe (D) comprennent les exemples suivants : acŽtazolamide, acide Žtacrynique, bumŽtanide, chlortalidone, furosŽmide, hydrochlorothiazide, mannitol, mersalyl, spironolactone, triamtŽrne et substances apparentŽes.

Ce sont des mŽdicaments agissant sur les reins en augmentant la vitesse de formation de l'urine et l'Žlimination d'eau et du sodium. Ils sont utilisŽs pour perdre du poids ou pour gner la dŽtection de substances illicites dans l'urine par dilution.
Le mannitol est interdit si il est administrŽ par injection intraveineuse.

 

6.Hormones peptidiques et glycoprotŽiniques et analogues



                  6.1.Gonadotrophine chorionique (hCG Ð gonadotrophine chorionique humaine)

 

Cette hormone n'existe que chez la femme enceinte.  En 1991 un sauteur en hauteur a ŽtŽ contr™lŽ positif.

On souponne que des jeunes sportives ont subi une insŽmination artificielle avant les compŽtitions importantes.

Chez l'homme elle stimule la production de la testostŽrone permettant ainsi une effet anabolisant. Elle est utilisŽ pour faire repartir la production de testostŽrone aprs un traitement par des stŽro•des anabolisants.

                  6.2.Corticotrophine (ACTH)

 

Stimule la production de cortisol (voir cortico•des)

 

                  6.3.Hormone de croissance (hGH, somatotrophine)

 

L'hGH dope la performance, les muscles augmentent, les graisses fondent, les tissus se rŽparent.

On peut se doper de diffŽrentes manires :

- injection d'hormone de croissance de synthse

- stimulation de sa production : injection de doses de somatostimuline, des mŽlanges dÕacides aminŽs ; des nouvelles molŽcules sont ˆ lՎtude comme les sŽcrŽtagogues.

Ce produit semble utiliser depuis 1983, son dŽveloppement est rŽcent et semble irrŽmŽdiable.

On estime que lÕhormone de croissance peut accro”tre la masse musculaire de 15 ˆ 20 kg en quelques mois.

 

Il est trs difficile de dŽfinir un seuil.

La commission scientifique du comitŽ national olympique italien a alertŽ les instances sportives de rŽsultats  Ç anormaux È concernant le taux dÕhormone de croissance (24 juillet 2000). Sur 538 sportifs, 61 prŽsente un taux supŽrieur ˆ la limite et 50 sont au niveau de la norme autorisŽe. La mŽthode de dosage dŽveloppŽe par les Italiens nÕest pas encore officielle et les rŽsultats ne prtent pas ˆ consŽquence pour les sportifs italiens. Tous les sports sont concernŽs. La natation italienne est touchŽe ; prŽcisons que ses rŽsultats ˆ Sydney sont excellents (6 mŽdailles dont trois en or).

 

                  6.4.Erythropo•Žtine (EPO)

 

7.SUBSTANCES SOUMISES A CERTAINES RESTRICTIONS

                  7.1.Alcool

En accord avec les fŽdŽrations internationales de sports et les autoritŽs responsables, des tests peuvent tre effectuŽs pour lՎthanol. Les rŽsultats peuvent entra”ner des sanctions.

                  7.2.Marijuana

En accord avec les fŽdŽrations internationales de sports et les autoritŽs responsables, des tests peuvent tre effectuŽs pour les composants du cannabis (tels que la marijuana et le haschich). Les rŽsultats peuvent entra”ner des sanctions

                  7.3.AnesthŽsiques locaux

LÕinjection dÕanesthŽsiques locaux est autorisŽe aux conditions suivantes :

- utiliser la bupivaca•ne, la lidoca•ne, la mŽpivaca•ne, la proca•ne etc.. mais pas la coca•ne

- ne pratiquer que des injections locales ou intra-articulaires

- uniquement lorsque lÕapplication est mŽdicalement justifiŽe ; le dossier incluant le diagnostic, la dose, la mŽthode dÕadministration doit tre soumise, par Žcrit, ˆ lÕautoritŽ mŽdicale compŽtente avant la compŽtition ou immŽdiatement aprs si la substance a ŽtŽ administrŽe durant la compŽtition.

8.CorticostŽro•des

Les cortico•des n'ont pas de pouvoir anabolisant mais des vertus anti-inflammatoires. Les sportifs abusent de ces produits depuis 1960.Leurs effets sont connus , lutter contre la fatigue, amŽliorer la volontŽ, augmenter la charge entra”nement physique, diminuer la sensation de douleur.

LÕusage des corticostŽro•des est interdit. Si ce nÕest :

- en application locale (auriculaire, dermatologique ou ophtalmologique) mais non par voie rectale ;

- par inhalation

- par injection intra-articulaire ou locale

La commission mŽdicale du C.I.O. a introduit une notification obligatoire des athltes demandant des corticostŽro•des par inhalation durant les compŽtitions.

9.Bbloquants

 

Leurs actions sont ˆ l'opposŽ de celle de l'adrŽnaline, ils bloquent l'action de la noradrŽnaline et bloquent l'activitŽ de certaines cellules du coeur, du rein. Ils font se contracter les vaisseaux sanguins et les bronches afin de diminuer la pression artŽrielle, ralentir la frŽquence cardiaque et bloquer les rŽponses excessives aux stimulations. Ils sont utilisŽs pour combattre les sympt™mes de paniques et de la peur de la contre-performance. Ils Žvitent une tachycardie durant lՎpreuve et les tremblements Žmotionnels. Ils sont utilisŽs dans les sports de prŽcision, les sports mŽcaniques, lՎquitation.. Certains lÕutilisent pour passer les examens, il nÕy a pas que les sportifs qui se dopent.


Historique

 

AnnŽes 60 : amphŽtamines

La mort du cycliste Tom Simpson fut le dŽtonateur .
La lutte antidopage est lancŽe ˆ la fin des annŽes 60 par le C.I.O qui institue des contr™les pour limiter les abus pharmaceutiques faits par les sportifs professionnels.
Mais l'efficacitŽ de cette lutte est restreinte
puisque peu de produits sont dŽcelables (amphŽtamines) et encore faut il qu'ils soient administrer ˆ trs forte dose pour les dŽtecter. Les dopŽs n'hŽsitaient pas d'ailleurs ˆ utiliser des subterfuges lors des contr™les pour ne pas se faire prendre ( mŽlange d'additifs ˆ l'urine, siphonnage de la vessie...). Mais le plus inquiŽtant peut tre ˆ l'Žpoque Žtait l'utilisation massive de stŽro•des anabolisants ou de cortico•des sans aucun contr™le.
Heureusement les progrs dans la lutte antidopage ne se font pas attendre et en 1974
, on dŽcle enfin des substances apparentŽes aux amphŽtamines qui Žtaient jusque lˆ interdites mais indŽcelables.
l'Žlite sportive se dŽtourne ainsi de l'usage de ces produits, mais d'autres dŽjˆ font leur apparition

 

AnnŽes 70 : anabolisants

Les stŽro•des anabolisants dont les athltes abusent dŽjˆ dans les annŽes 60 sont interdits par l'IAAF aux Jeux de Munich en 1972. Un an plus tard, les recherches permettent de dŽceler les anabolisants et en 1976 les premiers contr™les sont effectuŽs ˆ MontrŽal.
L'interdiction du produit et les avancŽes technologiques compliquent de plus en plus la vie des utilisateurs : les contr™les inopinŽs instituŽs gr‰ce ˆ l'IAAF, l'extension aux autres disciplines mais aussi la dŽtection des stŽro•des mme 8 mois aprs leur prise ont dŽtournŽs l'intŽrt des tricheurs. En 1997
, les stŽro•des ont ŽtŽ retirŽs du marchŽ par de nombreux laboratoires.

 

AnnŽes 80 : testostŽrones

Ayant pris conscience des dangers des stŽro•des anabolisants, les athltes se sont tournŽs vers des substances hormonales naturelles produisant les mmes effets, comme la testostŽrone.
Un casse tte se prŽsente alors aux laboratoires : comment discerner le produit avalŽ de la substance sŽcrŽtŽe par le corps?
Les experts ont instituŽs pour la premire fois la notion de seuil critique au delˆ duquel la prise de produits est suspectŽe au point d'entra”ner des sanctions.
Et comme pour chaque produit interdit, les dopŽs trouvent une parade : ils s'injectent de l'ŽpitestostŽrone pour rŽtablir la bonne concentration epistestostŽrone/ testostŽrone dans l'organisme.
Pour contrer cela , les contr™les sanctionnent peu de temps aprs des concentrations supŽrieurs ˆ 150 ng/ml.
En 1993 le C.I.O. Žtablit la rgle suivante : "un taux de testostŽrone/ŽpitestostŽrone dans les urines supŽrieur ˆ 6 constitue une infraction ˆ moins que l'on puisse prouver que ce taux est dž ˆ un Žtat physiologique ou pathologique".

 

AnnŽes 90 : EPO

C'est au tour de l'EPO (Žrythropo•Žtine) de circuler dans les mains d'athltes et de soigneurs peu soucieux de l'Žthique sportive.
Mme si elle est interdite par le C.I.O en 1990
, cette molŽcule qui favorise la fabrication de globules rouges, fait des Žmules. Rapidement le cyclisme comme la course de fond sont touchŽs par ce flŽau.
Conscient des risques mortels qu'entra”nent l'EPO comme de nombreux dopants, la FŽdŽration International de Ski et l'Union National de Biathlon impose des seuils limites d'hŽmoglobine : 16,5 grammes /litre chez la femme et 18,5 chez l'homme. Le C.I.O prend des mesures similaires aux J.O de Nagano tout comme le cyclisme o sont instituŽs des contr™les sanguins. Mais ˆ l'heure actuelle, les rŽsultats des laboratoires ne sont pas fiables ˆ 100% et des innocents peuvent tre sanctionnŽs ˆ tort. Le doute est alors toujours possible. Depuis deux tests ont ŽtŽ mis au point par les Australiens (test de bilan sanguin avec hŽmatocrite et dŽnombrement des rŽticulocytes) et par les Franais (test urinaire).

 

Un avenir sombre...

On peut craindre pour les annŽes ˆ venir une multiplication des produits dopants non dŽcelables par les laboratoires. MalgrŽ des recherches poussŽes, la pharmacopŽe offre de nombreux champs inexploitŽs et donc exploitables par les dopeurs.
Moins voyants, difficilement dŽcelables...les produits utilisŽs ˆ des fins de dopage sont de plus en plus perfectionnŽs...et toujours aussi dangereux pour la santŽ.

On peut envisager diffŽrents traitements au niveau musculaire  et tendineux :

injection de cellules souches

injection de facteurs de croissance tissulaire

injection dÕinhibiteurs dÕinibiteurs de dŽveloppement musculaire
Nous ne connaissons pas aujourd'hui les consŽquences ˆ long terme des pratiques dopantes actuelles ce qui laisse prŽsager des fins de carrire et surtout des fins de vie difficiles
ˆ tous ceux qui ont usŽ et abusŽ de produits pour se rapprocher de la Gloire....

 


Danger

 

La prise de substances interdites n'est pas anodine. A court ou long terme, elles peuvent entra”ner des

problmes graves de santŽ.
Les produits dopants perturbent les Žquilibres physiologiques naturels (notamment hormonaux), dŽveloppent artificiellement les capacitŽs du sportif et amoindrissent ses rŽactions de dŽfense.
PrivŽ de ces alarmes, que sont la fatigue ou la douleur, l'individu va au delˆ de lui-mme. L'organisme enregistre tout et parfois les altŽrations subies sont irrŽversibles.
Le tableau suivant prŽsente les principaux effets connus.

 

Produits

Dangers

Autotransfusion

infections et rŽactions pathologiques, accidents circulatoires graves par augmentation de la viscositŽ sanguine aggravŽe la nuit par la bradycardie. Arrts cardiaques.

Erythropo•tine( EPO)

hypertension, thromboses vasculaires mortelles, hypertension

Btabloquants

Hypertension artŽrielle, migraines et douleurs.

SŽdatifs et cortico•des

problmes cardiaques, vasculaires, respiratoires, digestifs, neurologiques
ou psychiques. Effets d'accoutumance et de dŽpendance, rŽtention hydro saline

AmphŽtamines

dŽshydratation, troubles divers du rythme cardiaque, hypertension artŽrielle, Žpuisement des rŽserves glycogŽniques, collapsus vasculaire mortel

DiurŽtiques

hypotensions brutales, troubles musculaires, digestifs et cardiaques, dŽshydratation, hypokaliŽmie

Hormones
(de croissance, anabolisants)

accidents cardiaques et circulatoires, insuffisances rŽnales et hŽpatiques,
dŽclenchement de cancer, impuissance ou stŽrilitŽ (stŽro•des de synthse chez lÕhomme) , trouble de la grossesse et atteinte du foetus chez les femmes, anomalies de la croissance chez les jeunes ; grossissement du cÏur et du foie, croissance des mains , des pieds, de la m‰choire

Dopage des fonctions respiratoires

oedme pulmonaire, tachycardie,

AnalgŽsiques, narcotiques

Insuffisance respiratoire, dŽpendance physique.

Insuline

hypoglycŽmie, lŽsions du pancrŽas, dŽclenchement de diabte.

 

 


TŽmoignage du lutteur suŽdois Pelle Svenson, mŽdaille d'argent aux jeux olympiques de TOKYO.

 

"Je sentis mon Žnergie dŽcupler deux mois aprs le dŽbut du traitement, j'avais rattrapŽ mon retard sur l'Žlite mondiale en douze piqžres ! Je gagnais le championnat du monde en juillet 1970. Un an aprs, je commenais ˆ subir les effets nŽgatifs du traitement, nervositŽ, mauvaise humeur, appŽtit sexuel exagŽrŽ, foie en mauvais Žtat. De mme, sans raison particulire, j'accumulais les accidents musculaires. Ce fut d'abord mon delto•de droit, ce muscles qui fait l'arrondi de l'Žpaule : distension ligamentaire. Puis mon grand dorsal gauche : dŽchirure. La guŽrison rapide ne put me faire oublier cette sensation dŽbilitante de voir mes muscles partir en charpie. J'Žtais devenu trop fort pour mes tendons et mes fibres musculaires... Quatre mois avant les jeux de Munich, je fus clouŽ au sol par un nouvel accident musculaire en courant dans les sous-bois : dŽchirure d'un des muscles du mollet.
Jamais cela ne m'Žtait arrivŽ en dix-huit ans de pratique sportive. La dŽchirure se cicatrisa en moins de trois semaines mais je devenais de plus en plus bizarre. Mon entourage avait l'impression que j'avais "un verre dans le nez" ! Cette fausse ivresse fut une rŽvŽlation : ˆ cause du testov

eron mon foie fonctionnait moins bien, ses capacitŽs d'Žlimination Žtaient trs diminuŽes, c'est pourquoi le moindre gramme d'alcool restait anormalement longtemps dans le corps... MalgrŽ l'arrt des piqžres, l'action du testoveron se faisait toujours sentir, notamment dans le domaine sexuel. Ma fringale d'amour Žtait telle qu'il m'Žtait impossible de l'assouvir et que mon dŽsir suractivŽ, me devenait pŽnible. Pour dŽvier cette Žnergie que je ne pouvais employer qu'en partie, je m'entra”nais davantage pour me fatiguer au maximum. Lors des prŽliminaires du tournoi olympique, aprs avoir ŽliminŽ difficilement un jeune espoir bulgare, le tirage au sort me propose Tore Herm. Ds le dŽbut de la rencontre, une douleur fulgurante me dŽchira le dos, de bas en haut jusqu'ˆ la nuque. Comme si on m'avait labourŽ avec un fer rouge... Je sombrais dans l'inconscience... Quand je revins ˆ moi, j'Žtais allongŽ sur une table de massage dans les vestiaires. Je ne pouvait plus bouger ; mon bras gauche et tout le c™tŽ gauche de mon thorax Žtaient morts ; le docteur Strombach, le mŽdecin de notre dŽlŽgation, Žtait penchŽ sur moi : "votre grand dorsal est compltement dŽchirŽ, dit le toubib, comme une Žtoffe trop mžre. Les Jeux sont terminŽs pour vous..."

Mon histoire "exemplaire" m'incite furieusement ˆ lancer une mise en garde ˆ l'ensemble des athltes de toutes les disciplines sur les dangers des anabolisants. Arrtez cette folie ! Ces hormones andrognes provoquent des ravages dans l'organisme : dŽrglement du mŽtabolisme du calcium, ralentissement de la fonction d'Žlimination du foie, cancer de la prostate, etc. Leur effet "bŽnŽfique" sur les masses musculaires ne peut durer qu'un temps car les fibres musculaires hypertrophiŽes imposent aux tendons, aux ligaments et aux articulations des efforts qu'ils ne peuvent soutenir. Un squelette prŽvu pour supporter 80 kg en supporte difficilement 30 ˆ 40 de plus. Alors, les tendons se rompent et les articulations se dŽforment. Le sportif est fichu et l'homme est handicapŽ pour la vie ! "

 

 

"Dans un premier temps, les amphŽtamines vous remontent en flche, dans un second temps, elles vous descendent en flammes." Dr R.B. Millman.

 

 


La fin dramatique de Tom Simpson

Tout le monde a entendu parler de la fin tragique, le 13 juillet 1967, du cycliste Tom Simpson sur les pentes du Mont Ventoux. A la suite de l'autopsie, l'ensemble des experts et des mŽdecins sont tombŽs d'accord pour confirmer que les amphŽtamines avaient jouŽ un r™le certain dans son dŽcs.

Voici quelques exemples des conclusions de mŽdecins qualifiŽs en mŽdecine de l'effort sur les causes de la mort de Tom Simpson.

 

 

"Le coureur cycliste britannique Tom Simpson a succombŽ, aprs avoir pris des amphŽtamines, durant le Tour de France 1967. C'est parce que de nombreux cyclistes s'administrent quotidiennement des amphŽtamines pendant des courses qui peuvent durer jusqu'ˆ vingt et un jours que ce sport compte le plus de dŽcs imputables aux amphŽtamines (...) Je n'ai utilisŽ d'amphŽtamines qu'une seule fois et j'ai failli en perdre la vie. Je tiens ˆ rappeler ˆ tous les sportifs et surtout ˆ ceux qui veulent se surpasser que les amphŽtamines n'ouvrent pas le chemin du succs, mais bien celui de la destruction."Docteur Gabe Mirkin (USA)

 

 

"Deux cas jouent finalement un r™le dŽcisif dans la bataille du dopage qui sera combattu de plus en plus Žnergiquement : le cas du coureur cycliste anglais Tom Simpson qui perdit conscience lors du tour de France. Il avait pris des amphŽtamines, la fatigue et le soleil lui donnrent le coup de gr‰ce ; il mourut... "Docteur Ludwig Prokop (membre de la commission mŽdicale du CIO).

 

 

 

De nombreux facteurs potentialisent l'action des amphŽtamines et en aggravent encore le danger. Ainsi a-t-on accusŽ la chaleur, lors de la mort de Tom Simpson en 1967 sur les pentes du Mont Ventoux. En effet, les amphŽtamines en augmentant d'elles-mmes la tempŽrature corporelle, conjuguŽes ˆ l'effort intensif et ˆ la chaleur ambiante, ont provoquŽ le dŽpassement de la thermorŽgulation de l'organisme."Docteur R. Guillet (auteur de MŽdecine du Sport).

 

 


DŽtection des produits dopants

 

Les tests sont essentiellement des tests urinaires et depuis peu des tests sanguins. Les tests sanguins ont ŽtŽ lontemps interdits du fait de croyances religieuses de divers pays. Il a aussi existŽ des tests de fŽminitŽ.

 

Les tests urinaires font le plus souvent appel ˆ des dŽrivŽs du produit lui mme.

 

Il est indispensable de prŽciser des normes du fait quÕune partie des produits sont naturels, notion de seuil.

 

La fiabilitŽ du test est essentielle. Il sÕagit de trouver une mŽthodologie permettant dÕatteindre des concentrations en produits trs faibles telles que le nanogramme par millilitre dÕurine.

 

Pour les Jeux de Sydney, il a ŽtŽ effectuŽ des contr™les sanguins ( prise de 20 mL) et des prises dÕurine (10 mL)

Sont recherchŽs :

Erythropo•Žtine (sang plus urine)

La testostŽrone et les stŽro•des anabolisants

Les tranquilisants (sŽdatifs et bta-bloquants)

Les stimulants (psychostimulants,  ŽphŽdrine, coca•ne, bta-stimulants, cafŽine...)

Les cortico•des

Les analgisants narcotiques.

 

De nombreux athltes ne se sont pas rendus ˆ Sydney, soit parce quÕils ont ŽtŽ contr™le positivement, soit parce quÕils craignent de lՐtre (27 Chinois sur 311)

 

Aprs 10 jours de compŽtitions, il y a dix sportifs controlŽs positifs, 7 haltŽrophiles, 1 boxeur, 1 aviron, 1 gymnaste.

 

Nombre de punis depuis 1968 aux Jeux Olympiques :

 

date

1968

1972

1976

1980

1984

1988

1992

1996

punis

1

7

11

0

12

10

5

2

Le cas de lÕAustralie : Les autoritŽs de Nouvelle Galles du Sud concentre la plus grosse demande en stŽro•des destinŽs aux moutons alors que cÕest la rŽgion qui en compte le moins. LÕAustralie consomme dix fois plus dÕhormones de croissance que ces besoins vŽtŽrinaires.

 

Prs de 6% des usagers de salle de fitness europŽennes reconnaissent absorber rŽgulirement des mŽdicaments. Les effets secondaires retrouvŽs sont les suivants, acnŽ, palpitations cardiaques, saignements du nez, troubles du comportement et de la sexualitŽ

 

Aveux dÕun joueur de rugby de niveau national (20 mai 2002) AmphŽtamines, anabolisants, deca-durabolin, dianabol, sustanon,(le pire !), primobolan, androtardyl.

 

Richard Virenque a reconnu 500 injections dÕEPO en cinq ans.

 

Pot belge : mŽlange dÕhŽro•ne, dÕamphŽtamines, de coca•ne, de cafŽine et de cortico•des

On peut y trouver de lÕaspirine, de lՎphŽdrine...

 

2001 : Condamnation une personne pour avoir vendu prs de 400 pots belges dans le cyclisme amateur.

une personne pour avoir vendu prs de 370pots belges dans le cyclisme amateur.

 


 

Date

Type de dopage

Sport

1985

transfusion

ski de fond

1990

anabolisant

ski de fond

1997

coca•ne

saut ˆ ski

1997

nandrolone

biathlon

2000

hŽmatocrite ˆ 60

Cyclisme

2000

anabolisant

lutte

2000

diluant sanguin

ski de fond

2000

hormone de croissance

Natation

2000

nandrolone

Cyclisme

2000

stŽro•des

natation

2000

coca•ne

Equitation

2000

anabolisant

marteau

2000

StŽro•des anabolisants

HaltŽrophilie

2000

Lidoca•ne et amphŽtamine

cyclisme sur piste

2000

nandrlone

lutte

2000

sinŽfrine

lancer du poids

2000

coca•ne

football

2000

nandrolone

lancer du poids

2000

stŽro”des anabolisants

football

2000

heptaminol

handball

2001

furosŽmide (DiurŽtique)

GRS

2001

lidoca•ne (anŽsthŽsique local)

course de fond

2001

morphine

football

2001

EPO

Cyclisme

2001

EPO

Cyclisme

2001

Nandrolone

8 cas football (Italie)

2001

EphŽdrine

demi fond

skeleton

2001

stŽro•des anabolisant

bobsleigh

2001

Nandrolone

haies

2001

EPO

Cyclisme

2001

EPO

marathon

2001

Nandrolone

Demi fond

2001

Cortico•des

Cyclisme

2001

EPO

fond

2001

Oxandrolone

saut en hauteur

2001

TestostŽrone

aviron

2001

TestostŽrone

haltŽrophilie

2002

probŽnicide

diurŽtique

Cyclisme

2002

coca•ne

Cyclisme

2002

insuline, cafŽine

Cyclisme

2002

matŽriel de transfusion sanguine

ski de fond

2002

Aranesp ( EPO retard)

ski de fond

cyclisme

2002

EPO

ski de fond

2002

cortico•des

football

2002

furasŽnide (diurŽtique)

football

 21 produits retrouvŽs dans la valise de la femme dÕun coureur cycliste : cortico•des, testostŽrone, EPO, hormones de croissance, anabolisant, actovegin

210 cas de contr™les antidopages positifs de sportifs franais ont ŽtŽ dŽcelŽs entre le 1er janvier 2002 et le 7 juin 2002.

Le nombre de contr™les effectuŽs dans cette pŽriode est de 2 989 (4 417 en 2001)